Le savoir-faire
Imprimer mise à jour le 19-04-2015 11:40
Autres liens : [Abbaye cistercienne] [Fonderie Vivaux] [Les usines à fer] [Les collections] [Les publications]

La fonte :

Alliage de fer et de carbone élaboré au haut fourneau

Le minerai de fer, hydraté est chargé au sommet du haut fourneau avec du coke et un fondant. A la partie inférieure de l'appareil, on souffle par des tuyères de l'air chaud ou vent, qui, réagissant avec le coke, forme un courant ascendant du gaz réducteur base de carbone. Le fer réduit ainsi formé, dissout du carbone jusqu'à 3 ou 4% en formant la fonte, qui est recueillie liquide à la base du haut fourneau, dans le creuset. Suivant les conditions de marche du haut fourneau, particulièrement dans le réglage de la température, de la pression et du débit du vent, on obtient une allure plus ou moins chaude qui facilite l'incorporation dans la fonte, du manganèse et du silicium, éléments déterminants sur la stabilité du carbone dans l'alliage. Ainsi, l'allure dite moyennement chaude, permettant l'incorporation du manganèse et faiblement celle du silicium, conduit à la formation de fonte blanche (fonte d'affinage, fonte dure et cassante). L'allure "chaude" favorisant l'incorporation du silicium, conduit à la formation de fonte grise (relativement facile à usiner).


Pour des applications banales, la fonte peut être moulée directement, mais, lorsque des caractéristiques sont exigées, il est nécessaire d'élaborer une fonte de moulage par une seconde fusion dans un cubilot, four à cuve verticale imaginé vers 1720 par René-Antoine Ferchault de Réaumur (1683-1757). On charge à la partie supérieur un mélange de fonte de première fusion, coke, castine et éventuellement des déchets d'acier (fabrication de fonte aciérée ) ; un soufflage par des tuyères latérales permet d'affiner l'alliage et l'on recueille une fonte épurée apte au moulage de pièces mécaniques. Le cubilot à revêtement acide avec soufflage de vent froid est utilisé couramment pour les fontes ordinaires de moulage.

(Réf. Encarta)


Le bocard : Machine au moyen de laquelle on écrase le minerai avant de le fondre.


Exemple d'un bocard (La Sidérotechnie, 1812)